Équipe Rocky-Mountain/Procycle

Semaine du 3 septembre au 9 septembre 2005




3 septembre 2005: Une course sans grandes difficultés pour nous
Cyclosportive, 102 km

Voici la liste des cyclistes de l'équipe qui étaient présents à cette course:
Robert Morin : Travailleur chez Procycle, 3e année de compétition; catégorie : Maîtres B (40 à 49 ans)
Jean-Marc Dulac : Travailleur chez Victor Innovatex, 1ère année de compétition; catégorie : Maîtres A (30 à 39 ans)
Bernard Larivière : Travailleur chez Matiss, 1ère année de compétition; catégorie : Maîtres A (30 à 39 ans)
Patrick Allaire : Prêtre pour la paroisse de L'Assomption; 1ère année de compétition, catégorie : Maîtres A (30 à 39 ans)
Sylvain Lagrange : Travailleur chez Manac, 9e année de compétition; catégorie : Maîtres A (30 à 39 ans)
François Veilleux : Membre invité


La dernière course de la saison pour l'équipe Rocky-Mountain/Procycle fut une cyclosportive. Dans ce type de course, il n'y a que deux catégories masculines et deux féminines. Ces deux catégories sont: plus de 28 km/h de moyenne et moins de 29 km/h de moyenne. Les participants s'y inscrivent selon leurs capacités. Aucune division d'âge ne se fait au départ ou au classement. Au moment du départ, on envoie les plus rapides en premiers, hommes et femmes.

Au départ, on annonçait un parcours plus difficile que la cyclosportive de St-Georges (voir 12 juin), avec côtes dans les 55 premiers kilomètres. On annonçait aussi un changement de parcours par rapport à l'an dernier. Des annonces, seuls les changements de parcours s'avérèrent ... et pour le mieux. On choisit une route fraîchement pavée en remplacement à quelques rangs. Il semble que ce choix racoucit le parcours de 4 kilomètres.

Le départ de la course se voulut fougueux. Bien que contrôlés par un commissaire, les 5 premiers kilomètres se firent à 45-50 km/h. Les plus faibles de participants s'inquiétaient déjà lorsque la voiture ouvreuse cessa de limiter la vitesse. Une première tentative d'échappée se fit alors. Il état très tôt, mais le peloton ne prit pas de chance et l'annula. Les membres de l'équipe Rocky-Mountain s'étaient donné pour mot d'ordre de toujours garder les échappées à l'oeil et de forcer le rythme du peloton si un petit groupe se trouvait trop loin. Sans être les instigateurs de la chasse, les Rocky participèrent au rattrapage de cette première tentative. Le rythme du peloton resta élevé, mais pas suffisamment pour casser le groupe et distinguer les meilleurs. Le groupe de tête demeura nombreux.

L'autre mot d'ordre que s'étaient donné les membre de l'équipe était de rester grouper. Jusqu'au 50e kilomètre, ce fut possible et chacun vérifiait périodiquement si tout allait bien pour les autres membres de l'équipe. C'est à la mi-course que Sylvain Lagrange vit le peloton partir devant lorsque les ennuis mécaniques d'un autre compétiteur le forcèrent à ralentir. Il se trouva au coeur d'une dizaine de poursuivants qui ne purent jamais rattraper le peloton de tête. Il tenta bien, à quelques reprises, de stimuler les compétiteurs qui l'entouraient, mais la cohésion du groupe ne se fit jamais, les compétiteurs cherchant plutôt le dépassement individuel. Pendant ce temps, le peloton creusait son avance et approchait du dernier tiers de la course.

À l'avant, il y eut quelques tentatives d'échappée, parfois sérieuses, parfois anodines. L'attaque la plus sérieuse fut rejointe grâce au dynamisme des Rocky-Mountain. Comme à quelques autres reprises, ils se retrouvèrent tous quatre (ou cinq) devant, assumant les relais cruciaux. Vers le kilomètre 70, l'équipe tenta de s'éloigner du groupe, mais n'y parvint pas. Le tentatives d'échappée se faisaient plus rares, plus périlleuses et plus ardues lorsque le peloton se trouva dans la seconde moitié, car le vent était contraire et les côtes se succédaient encore. Il n'y eut pas de côte véritablement sélective où les plus puissants coureurs auraient pu se démarquer, voire se détacher. Robert Morin, vers le kilomètre 83 se trouvait devant avec deux autres coureurs lorsque le peloton les rejoignit.

Avec une stratégie d'équipe mieux établie, avec une certaine connaissance du parcours, les membres de l'équipe Rocky-Mountain Procycle auraient pu se coordonner mieux. Seul Robert ayant fait ce parcours l'an dernier, tous les autres membres étaient dans l'espectative, aucun ne pouvait élaborer pour lui-même ou pour tous une stratégie d'attaque ou de contrôle du peloton. Aucune côte ne présentait de difficulté majeure, mais aucune non-plus ne se laissait gravir sur la seule erre. Tout au long du parcours se succédaient les faux-plats ou les faibles côtes allongées. Les compétiteurs de Sherbrooke annonçaient une montée comparable à celle de St-Odilon, mais elle ne se présenta jamais. Ce fut, somme toute, une belle course pour l'équipe qui ravit des positions enviables au classement final.



Synthèse de résultats de l'équipe:

Temps Vit. moy. Classement
Robert Morin 2h40:08 36,2 km/h 3e au gén.
Jean-Marc Dulac 2h40:12 36,2 km/h 6e au gén.
Bernard Larivière 2h40:22 36,2 km/h 13e au gén.
Patrick Allaire 2h40:26 36,2 km/h 19e au gén.
François Veilleux 2h40:30 36,2 km/h 24e au gén.
Sylvain Lagrange 2h54:09 36,2 km/h 55e au gén.

Patrick Allaire, ptre


Merci à tous nos commanditaires: Rocky Mountain - Procycle, Victor Innovatex, Novalux, le Cardio Gym, Matiss, Huiles M.R.G. Drouin, Nettoyeur Chatel, La fabrique de l'Assomption, Informatique BMV, Chaussures Cameron, Coca-Cola.



Photo: Sylvain Lagrange
Les gagnants: 2e: Roger Lessard, 1er: Martin Picard, 3e: Robert Morin
Photo: Sylvain Lagrange

Éclaireur/Progrès, 9 septembre 2005, page 21

Agrandir le texte



Trajet de la course: 2 tours


Données climatiques de Sherbrooke
Résultats officiels





Accueil
   28 août    Autres courses
Portrait d'équipe